Union Musulmane du Togo (U.M.T) – Création de l’union musulmane du Togo (UMT)

Au point de départ existait à Lomé en 1960, un groupe de 16 jeunes Musulmans comprenant une majorité d’Ewé avec quelques éléments Kotocoli et Yorouba, qui prit le nom d'” Asssociation de la jeunesse Musulmane du Togo “. Parmi eux se trouvaient deux membres particulièrement actifs :

 

       Une Ewé, Kassim Mensah, qui se convertit à l’islam en 1935 et qui après avoir acquis une solide formation coranique à Abidjan ,songea à convertir les Ewé à sa nouvelle religion.

 

       Un Peul, agé de 31 ans à lépoque, Mohamed Belly El Fouti qui après avoir vécu à Accra, s’installa à Lomé en 1959 et y créa une école coranique pour adultes. En 1963, tous deux allèrent voir M. Mama Fousséni, alors ministre de l’Intérieur du gouvernement Grunitzky, pour lui exposer un projet de constitution d’une association et lui demander d’en prendre la tète, compte tenu du contexte politique et ethnique : M. Mama Fousseni était originaire de Sokodé, centre islamique du Togo et, par ses fonctions, bénéficiait d’une grande audience au sein du gouvernement.

 

      M. Maman Fousséni accepta de se mettre à leur disposition, étant donné le même idéal réforme qu’il partageait avec eux; il leur proposa, en outre, de joindre à leur groupe El Hadj Safiou, un proche cousin qui venait d’être élu député à l’Assemblée Nationale .

 

      Ce dernier avait été inquiété sous le précédent régime, celui de Sylvanus Olympio, et avait été interné à Badou. Il sera par la suite vice-président de l’Assemblée Nationale.

 

      Tels furent les quatre initiateurs de l’Union Musulmane du Togo. Ils constituèrent le premier bureau du groupement.

 

      Le poste du prédident fut confié à EL Hadj Safiou et les autres fonctions répartis de la façon suivante :

 

        Belly El Fouti ………. Trésorier

 

        Mensah Kassim ………. Sécrétaire général

 

      Mama Fousséni ………. Conseiller
      Cela se passait au mois d’aout 1963, Les statuts furent élaborés et déposés au ministère de l’Intérieur. Ils furent approuvés par les autorités gouvernementales et le récépissé de déclaration de l’association ” Union Musulmane Togolaise ” fut publié au journal officiel de la République Togolaise le 16 septembre 1963. Le 27 septembre 1963 ,le bureau fut constitué à titre définitif et à partir de cette date, l’Union Musulmane du Togo avait une existence officielle.

 

      Cette association avait des objectifs d’ordre purement religieux et culturels. Elle se proposait de regrouper tous les Musulmanes du territoire afin de les orienter vers une pratique de l’islam plus conforme à l’évolution du monde moderne.

 

      Elle voulait, notamment, rompre avec les vieilles traditions islamiques qui ne sont pas conformes avec l’Islam orthodoxe et se proposait de lutter contre les préjugés et certaines pratiques de l’islam fréquentes en Afrique Noire et notamment le ” maraboutisme “, cette exploitation de masses ignorantes par des individus qui, s’abritant derrière une culture religieuse très contestable, tirent profit de la religion en usant d’artifice et de talismans de leur fabrication.

 

        Il fallait mettre en garde contre les éducateurs des écoles coraniques traditionnelles auxquels on ne peut confier l’éducation des enfants car leur enseignement de style archaïque, que l’on retrouve dans toutes les écoles coranique d’Afrique Noire, consiste à faire répéter des versets du coran à longueur de journée, sans aucune méthode pédagogique. De plus, dans certaines régions, des groupes importants d’enfants sont confiés aux marabouts qui, s’arrogeant tous les droits, les exploitent. A la campagne, ils sont à la disposition de la famille du marabout pour cultiver un lopin de terre et faire des corvées d’eau et de bois. En ville, ils sont entre les mans des commerçants qui les font vendre leur pacotille.
        Il fallait prendre le contre-pied de toutes ces déviations, créer un Islam moderne, éviter que le Coran ne devienne un instrument d’exploitation alors qu’il doit être, au contraire, un livre révélé, un livre sacré. Les buts de l’association furent définis de la façon suivante par les statuts dans leur première version ,au début du mouvement :

              a) Définir l’Islam

              b) Promouvoir l’union, l’entente, la fraternité et l’éducation parmi les Musulmans du territoire de la République;

              c) Poursuivre une activité sociale, culturelle et sportive dans l’intérêt de la jeunesse musulmane du Togo;

              d) Construction des mosquées et des écoles;

              e) Création d’un conseil suprême à l’échelle nationale appelé à prendre des décisions sur tous problèmes intéressant la vie et le progrès de la religion selon les lois du Saint Coran;

              f) Etablir des liens amicaux entre diverses collectivités set associations de buts identiques dans le pays et dans le monde;

              g) Aider par des actes de solidarité les membres de l’association en cas de nécessité : maladie, décès, mariage

 

          Pendant les sept premières années de son existence, l’association fit preuve d’une grande vitalité et créa des sections dans toutes les circonscriptions.

 

        Le premier résultat concret et capital pour l’évolution ultérieure de l’islam au Togo fut le voyage que M. Mama Fousseni effectua au Caire en 1964, pour prendre contact avec Taoufik Aouéda, secrétaire général du conseil suprême pour les Affaires islamiques. Il lui exposa les problèmes du Togo et les buts poursuivis par l’association .C’et à la suite de cette intervention que la République Arabe Unie affecta au Togo, le 25 octobre 1964, cinq professeurs arabes d’Al Azhar. C’est de cette façon qu’un enseignement arabe pris corps pour la première fois au Togo et furent créée des premières écoles d’enseignements arabes à Lomé, Palimé et Sokodé.

 

        Ces écoles devinrent même un pole d’attractions pour les Etats voisins :

 

        Ghana, Dahomey, Haute-Volta,Niger.

 

          Par la suite , le président de l’U.M.T, EL Hadj Safiou Djibril, accompagné de Mohammed Belly El Fouti, à la fois chargé d’affaires islamiques et trésorier de l’association, effectuèrent différentes missions à l’extérieur : Arabie Saoudite, Koweit,Irak,et pays du Magreb ( Tunisie, Algerie, Maroc). Cest ainsi qu’en 1966, ils obtinrent de l’Arabie Saoudite un don de 10 000 livres et du Koweit de 5 000 livres, soit un total d’environ 10.500.000 francs CFA. Ces sommes servirent à la construction d’école arabes dans les trois centres de Lomé, Palimé, et Sokodé.
          Depuis sa fondation, l’UMT prit un certains nombres d’initiatives et déploya une grande activité dans les domaines les plus divers :

 

                5 janvier 1964 : dépôt par le président de l’UMT député à l’Assemblée nationale togolaise, d’une proposition de loi tendant à officialiser les fêtes musulmanes ;

 

                14 janvier 1964 : alors que depuis 27 ans les Musulmans de Lomé célébraient les fêtes islamiques séparément sous la direction de quatre Imam, l’UMT mit fin à cette division et obtint que tous les Musulmans prient désormais ensemble à l’occasion de toutes les fêtes musulmanes, sous la direction d’un Imam unique ;

 

                28 décembre 1964 : construction de la clôture du cimetière musulman de Lomé ;

 

                    27 aout 1966 : aide apportée aux Musulmans du Dahomey pour la formation de l’Union Islamique du Dahomey ; création de section dans les 18 circonscriptions du Togo.
                  This post is taken from the website of the Union Musulmane du Togo (U.M.T)
                  See on-line at:

http://www.umtogo.org/creationumt.html

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s